Go to the english website Vous êtes sur le site français

Diagnostic de la maladie d'Alzheimer

Accéder directement aux rubriques:
-> decouverte
-> prevalence
-> syndrome
-> physiologie
-> évolution
-> causes / épidémiologie
-> facteurs de risques
-> diagnostic
-> traitement


Plusieurs éléments vont entrer en jeu :

- Rechercher l'existence d'un déficit des fonctions cognitives grâce à un interrogatoire du patient pour déceler les difficultés rencontrées au quotidien ou à des tests permettant d’évaluer les facultés (tests d’écriture, de mémorisation…). Parmi les tests, on trouve notamment:
    - Le MMS (Mini Mental Score) ou Test de Folstein pour explorer diverses fonctions cognitives et diagnostiquer les démences
    - Le SLUMS (Saint Louis University Mental Status) pour explorer diverses fonctions cognitives et diagnostiquer les déficits neuro-cognitifs minimes (DNCM)
    - Test du cadran de l'horloge pour explorer diverses fonctions cognitives
    - Test de Gröber et Buschke pour explorer la mémoire
    - Trail Making Test pour explorer les fonctions exécutives et l'attention
    - Test de Stroop pour explorer l'attention
    - Les tests de dénomination pour explorer le langage
    - La copie de figures complexes (ex: La figure complexe de Rey) pour explorer la mémoire visuelle et l'activité perceptive

- Des examens comme la tomodensitométrie (« CT scan ») ,la résonance magnétique (« IRM ) ou la tomographie par émission de positrons (« PET scan ») peuvent aussi permettre d’orienter le diagnostic

- Les dosages plasmatiques de la vitamine B12 et de la vitamine B9 (folates), ainsi qu'un bilan thyroïdien (TSH) sont systématiquement réalisés, car une carence en vitamine B12 ou B9 et une hypothyroïdie peuvent être causes d’autres types de démence (démence curable)

- L’évolution des symptômes dans le temps peut être aussi un bon indicateur de la maladie d’Alzheimer

Tous ces éléments vont permettre d’orienter le diagnostic mais seul un examen post-mortem du cerveau permettra de poser un diagnostic sûr. En effet, seul l'examen du cerveau après la mort du malade peut apporter la certitude diagnostique en mettant en évidence les lésions microscopiques caractéristiques de la maladie d'Alzheimer. Jusqu'au décès du malade, le diagnostic évoqué sur la base des éléments cliniques reste « possible » ou « probable ».