Go to the english website Vous êtes sur le site français

Evolution de la maladie d'Alzheimer

Accéder directement aux rubriques:
-> decouverte
-> prevalence
-> syndrome
-> physiologie
-> évolution
-> causes / épidémiologie
-> facteurs de risques
-> diagnostic
-> traitement


Les étapes de l'évolution de la maladie

La maladie apparaît généralement après l’âge de 60 ans. Son début est insidieux et l’évolution est lente et très progressive sur plusieurs années mais la progression varie beaucoup d’une personne à l’autre. Il a été constaté que plus la maladie survient tardivement et plus elle tend à s’aggraver rapidement. On distingue plusieurs étapes:

• L’étape asymptomatique (sans signe apparent): passe inaperçue car elle ne s’accompagne d’aucun signe clinique manifeste. Cependant des lésions appelées plaques séniles, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, se développent déjà dans le cerveau.
Elle peut évoluer sur de nombreuses années.

• L’étape pré-maladie peut durer en moyenne de 3 à 4 ans. Elle correspond à un déficit de mémoire qui peut être mis en évidence par des tests neuropsychologiques. Les autres fonctions intellectuelles sont globalement préservées et le retentissement sur la vie quotidienne est inexistant ou peu important.

• L’étape maladie avérée: Aux troubles de la mémoire, s’ajoutent des troubles des fonctions supérieures de plus en plus prononcés. Le malade perd progressivement son autonomie dans la vie quotidienne. Il a des problèmes à gérer les tâches administratives et financières, à suivre une conversation avec plusieurs personnes. Puis il éprouve des difficultés à effectuer les gestes les plus simples : habillage, toilette, tâches ménagères,... Il a besoin d'être aidé. Tardivement, il devient dépendant pour tous les actes essentiels de la vie.
Cette étape peut être divisée en 3 stades .

Les différents stades de la dernière étape de la maladie

1- Le stade léger : les troubles de la mémoire et l’altération des autres capacités intellectuelles sont discrets et peuvent passer inaperçus surtout si l’entourage les attribue à tort au vieillissement naturel.
- La mémoire à court terme, c’est-à-dire la capacité à retenir une information récente (un nouveau numéro de téléphone, les mots d’une liste, etc.), est la plus touchée. Les personnes atteintes tentent de pallier leurs difficultés en recourant à des aide-mémoire et à leurs proches
- Langage discrètement affecté
- Orientation spatio-temporelle peut déjà être légèrement altérée
- Les réflexes sont ralentis mais la coordination motrice est bonne
- Troubles de reconnaissance des chiffres et des nombres

2- Le stade modéré : les désordres ont une répercussion nette dans la vie quotidienne et sociale. La perte d’autonomie s’accentue et la vie à domicile n’est plus possible qu’avec des aides.
- Troubles de la mémoire majeurs : évènements récents oubliés, les repères personnels, historiques ou socioculturels tendent à s’effacer. La personne éprouve de grosses difficultés de concentration pour suivre une conversation ou lire un roman. Elles ont de plus en plus de mal à apprendre et à retenir de nouvelles informations. Cependant, leurs souvenirs de jeunesse et d’âge moyen sont encore bien préservés.
- Langage nettement affecté : la personne parle peu, plus lentement, elle répète des mots ou des phrases. - Désorientation nette dans le temps puis dans l’espace: la personne oublie la date et se perd dans son quartier.
- Difficultés de reconnaissance des amis ou des objets.
- Coordination motrice: perte de la synchronisation des gestes et de l’équilibre. Des difficultés à marcher, instabilité et chutes apparaissent.
- Jugement atteint : il leur devient graduellement plus difficile de gérer leur argent et de planifier leurs activités quotidiennes.
- La personne éprouve de grandes difficultés pour prendre des décisions et faire des choix.
- Incontinence urinaire puis fécale.

3- Le stade sévère : caractérisé par une perte d’autonomie massive et l’importance des troubles du comportement. La vie relationnelle devient très pauvre bien que l’affectivité soit encore présente. À ce stade, une surveillance permanente ou l’hébergement dans un centre de soins devient nécessaire
- Perte de mémoire massive affectant les faits récents et anciens.
- Désorientation spatio-temporelle totale: s’ils sont laissés sans surveillance, ils peuvent errer vainement durant des heures.
- Des problèmes psychiatriques apparaissent, notamment des hallucinations et des délires paranoïdes, aggravés par la perte de mémoire et la désorientation.
- Les problèmes de sommeil sont courants.
- Les patients négligent leur hygiène corporelle
- Langage déstructuré: la communication verbale est impossible. La personne ne dit presque plus rien et semble avoir du mal à comprendre ce qu’on lui dit. La musique, le contact visuel, les mimiques éveillent encore des réactions.
- Coordination motrice très altérée : la personne va avoir du mal à se lever ou marcher. Elle ne sourit presque plus. Elle peut perdre la capacité d’avaler.
- Jugement inexistant

Au stade terminal, la perte de motricité conduit à un alitement permanent. Les troubles des conduites alimentaires et de déglutition conduisent à un état de malnutrition. On assiste alors à un amaigrissement important avec altération des défenses immunitaires favorisant les complications infectieuses souvent à l’origine du décès.