Go to the english website Vous êtes sur le site français

Traitements de la maladie d'Alzheimer

Accéder directement aux rubriques:
-> decouverte
-> prevalence
-> syndrome
-> physiologie
-> évolution
-> causes / épidémiologie
-> facteurs de risques
-> diagnostic
-> traitement


À ce jour, il est impossible de guérir la maladie d’Alzheimer, en effet, il n'existe pas actuellement de traitement qui stoppe le développement des lésions cérébrales spécifiques de la maladie d'Alzheimer ou qui la guérissent. Mais de nombreuses recherches sont en cours. Elles ont permis de découvrir des médicaments qui ralentissent l'évolution de la maladie et qui améliorent la qualité de vie des patients et de leur famille.

• Médicaments

Les médicaments sont tous prescrits initialement par un médecin spécialiste (neurologue, gériatre, psychiatre) qui revoie le patient une fois par an. Entre-temps, la prescription peut être renouvelée par le médecin généraliste. Il existe plusieurs classes de médicaments :

1- Inhibiteurs de l’acétylcholinestérase
- Médicaments :
     - Le donépézil (Aricept®)
     - La rivastigmine (Exelon®)
     - Le bromhydrate de galantamine (Reminyl®)

Ces médicaments se présentent sous forme orale: gélules, solution buvables ou voire même sous forme de dispositif transdermique (ou patch) pour l'EXELON : en savoir plus sur les patch Exelon

- Mécanisme : inhibent la dégradation de l'acétylcholine, un neuromédiateur provoquant une augmentation de la concentration en acétylcholine dans certaines régions du cerveau. L’acétylcholine permet la transmission de l’influx nerveux entre les neurones. On a remarqué que les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont de plus faibles quantités d’acétylcholine dans le cerveau, car la destruction de leurs cellules nerveuses réduit la production de ce médiateur chimique.
- Utilisation : traitement des symptômes légers ou modérés
- Inconvénients : Ces médicaments peuvent perdre de leur efficacité avec le temps, étant donné que les neurones produisent de moins en moins d’acétylcholine. Par ailleurs, ils peuvent entraîner des effets indésirables, comme des nausées et des vomissements, une perte d’appétit et des maux de ventre. Dans ce cas, il est important de revoir son médecin, qui ajustera la dose au besoin.

2- Antagoniste du récepteur NMDA
- Médicament : chlorhydrate de memantine (Ebixa®)
- Mécanisme : Cette molécule agit en se fixant sur les récepteurs NMDA (N-méthyl-D-aspartate) situés sur les neurones du cerveau. Elle prend ainsi la place du glutamate qui, lorsqu’il est présent en grande quantité dans l’environnement des neurones, contribue à la maladie. Rien n’indique, cependant, que ce médicament ralentisse la dégénérescence des neurones.
- Utilisation : traitement des symptômes modérés ou graves

• Recherches en cours

Des efforts importants sont investis dans la recherche de nouveaux médicaments et d’un traitement visant à :

- détruire les plaques de protéines bêta-amyloïdes:
Cela se ferait par l’injection d’anticorps qui supprimeraient les plaques de protéines bêta-amyloïdes. Il s’agit en effet, de l’une des atteintes physiologiques les plus importantes de la maladie. Un tel anticorps a été développé (le nom de la molécule est Bapineuzumab) et est en cours d’évaluation clinique auprès de personnes atteintes de la maladie. Une autre solution testée serait d’activer certaines cellules du cerveau (microglies) pour qu’elles éliminent les plaques en question.

- remplacer les neurones:
La communauté scientifique fonde beaucoup d’espoir sur le remplacement, à l’aide d’une transplantation, des neurones détruits par la maladie. De nos jours, les chercheurs parviennent à créer des cellules qui ressemblent à des neurones à partir de cellules souches tirées de la peau humaine. Cependant, la méthode n’est pas tout à fait au point : elle ne permet pas encore de créer des neurones qui possèdent l’ensemble des propriétés des neurones « naturels ».